Pourquoi Alan Turing est-il considéré comme l'un des précurseurs de l'informatique moderne ? Jean Lassègue nous le raconte dans cet épisode du podcast audio.

">
Les Newsletters Interstices
    Niveau facile
    Niveau 1 : Facile

    À propos de Turing

    Histoire du numérique
    Algorithmes Intelligence artificielle

    Pourquoi Alan Turing est-il considéré comme l'un des précurseurs de l'informatique moderne ? Jean Lassègue nous le raconte dans cet épisode du podcast audio.

    Ecoutez l'interview de Jean Lassègue

    Jean Lassègue

    Souvent désigné comme le père de l’informatique, le mathématicien et logicien anglais Alan Turing a indéniablement joué un rôle capital dans son histoire.

    Comme nous l’explique Jean Lassègue, Turing est un savant aux multiples facettes qui s’intéresse aussi bien à la logique mathématique qu’à la philosophie ou à la biologie théorique. Par son regard novateur, il a transformé les champs disciplinaires et a modifié leurs frontières : théorie de la calculabilité en logique mathématique, cryptologie, ingénierie des premiers ordinateurs, structures biologiques émergentes, réflexion philosophique sur l’intelligence artificielle. Tous ces domaines manifestent, par le travail de Turing, des connexions jusque-là insoupçonnées.

    Tout commence véritablement en 1936, lorsque ce théoricien de la logique se met en tête de résoudre le problème dit « de la décision », formulé par le mathématicien Hilbert en 1928. Hilbert s’interroge alors sur la possibilité pour une proposition mathématique d’être validée comme vraie ou fausse par un algorithme. Turing reformule ce problème en termes de nombres calculables et démontre qu’il n’est pas possible de concevoir un tel algorithme. C’est à ce moment qu’il définit un concept de machine à calculer « universelle » capable d’exécuter tout algorithme, la machine de Turing. Ce concept préfigure la naissance des ordinateurs.

    Une autre contribution importante de Turing relève de sa participation au décryptage de la machine allemande Enigma durant la seconde guerre mondiale. Il permet ainsi aux alliés de déchiffrer les messages codés des militaires allemands. Après 1945, il continue ses réflexions sur les machines abstraites et le fonctionnement de la pensée. Ces questions l’amènent à la conception d’une machine « pensante » et en 1950, il propose un test dans le but de montrer qu’une machine est capable de penser. Ce jeu de l’imitation ou test de Turing, fondé sur la faculté d’imiter la conversation humaine, marque les débuts de l’intelligence artificielle. Dans le prolongement de ces travaux, Turing s’intéresse ensuite à la naissance des formes biologiques, la morphogenèse.

    De quelle manière Turing a-t-il contribué à la naissance de l’informatique ? Quel fut son projet scientifique ? Jean Lassègue fait le point avec nous sur ce sujet.

    Newsletter

    Recevez chaque mois une sélection d'articles

    Niveau de lecture

    Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document.

    Si vous souhaitez expliquer votre choix, vous pouvez ajouter un commentaire (Il ne sera pas publié).

    Votre choix a été pris en compte. Merci d'avoir estimé le niveau de ce document !

    Jean Lassègue

    Chargé de recherche au CNRS, philosophe des sciences. Directeur du CREA (Centre de Recherche en Épistémologie Appliquée).
    Voir le profil

    Joanna Jongwane

    Rédactrice en chef d'Interstices, Direction de la communication d'Inria
    Voir le profil