Les Newsletters Interstices
Exemple de carte géographique interactive
    Niveau facile
    Niveau 1 : Facile

    Comment améliorer l’accès aux cartographies pour les déficients visuels ?

    Médecine & Sciences du vivant
    Interaction Homme/Machine
    À l'heure où les dispositifs interactifs se multiplient dans notre environnement, se pose la question de leur accessibilité. La chercheuse Anke Brock nous sensibilise sur le sujet dans cet épisode du podcast audio.

    Écoutez l'interview d'Anke Brock

    Anke Brock

    Aujourd’hui, la mobilité est au cœur de nombreux travaux de recherche. Pour se déplacer dans un environnement inconnu, on a de plus en plus souvent recours à des technologies numériques. Si ces évolutions contribuent à améliorer, faciliter l’orientation et la navigation des individus, ces dispositifs — interactifs pour la plupart — ne prennent pas toujours en compte les difficultés que peuvent rencontrer certaines personnes au quotidien, par exemple celles atteintes d’une déficience visuelle.

    Comment rendre ces outils interactifs accessibles aux déficients visuels ? Pour Anke Brock, la réponse paraît évidente : c’est en amont, dès la phase de conception de ces dispositifs numériques, que leurs concepteurs doivent imaginer leurs possibilités d’utilisation suivant les handicaps. Dans le cas présent, la déficience visuelle varie de la cécité complète (personnes non-voyantes) à une multitude de restrictions des capacités visuelles (personnes malvoyantes). De fait, les représentations géographiques sous forme de cartes visuelles sont souvent inaccessibles aux déficients visuels. À l’origine, ces cartes étaient représentées par des cartes en relief et en braille. Mais comme nous l’explique la chercheuse, seuls 15% des déficients visuels lisent le braille. Pour répondre à cette problématique, les cartes interactives — basées sur des tables multi-touch et des cartes tactiles — représentent une solution intéressante sur laquelle la jeune chercheuse s’est penchée.

    Quels sont les enjeux scientifiques autour de ces travaux ? Les défis ? Les difficultés rencontrées ? Anke Brock fait le point avec nous sur ce sujet.

    Newsletter

    Recevez chaque mois une sélection d'articles

    Niveau de lecture

    Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document.

    Si vous souhaitez expliquer votre choix, vous pouvez ajouter un commentaire (Il ne sera pas publié).

    Votre choix a été pris en compte. Merci d'avoir estimé le niveau de ce document !

    Anke Brock

    Chargée de recherche Inria dans l'équipe Potioc, au sein du Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique (LaBRI, Université de Bordeaux / CNRS). 

     

    Voir le profil

    Joanna Jongwane

    Rédactrice en chef d'Interstices, Direction de la communication d'Inria
    Voir le profil