Visualisation immersive et interaction haptique : une révolution pour les géosciences

Se déplacer virtuellement dans une structure géologique, simuler l'impact d'un aménagement... Tout cela est aujourd'hui possible grâce aux applications de réalité virtuelle développées pour les données géoscientifiques.

Rempart du château de Saumur en fin de reconstruction.
Photo : © BRGM / Jacques Vairon

Le 21 avril 2001, une partie du rempart nord du château de Saumur definition, dans le Maine-et-Loire, s'est effondrée, démolissant plusieurs maisons situées en contrebas. Le BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières) s’est alors vu confié une mission de conseil puis d’appui à la maîtrise d’ouvrage pour la reconstruction document externe au site et le confortement de ce rempart.

Du point de vue géoscientifique, ce malheureux incident a fourni les éléments nécessaires à l’élaboration d’un scénario qui concerne essentiellement le processus de modélisation géologique. L’accès aux données, l’interpolation des surfaces géologiques, la visualisation et l’examen des modèles, toutes ces étapes ont fait appel aux interfaces haptiques definition.

L’analyse interactive de données scientifiques est problématique, en particulier pour les très gros volumes de données rencontrés par exemple dans les géosciences ou dans la simulation par calcul intensif. Dans ces domaines, le dépouillement et l'analyse des données souvent très diverses, l'intégration des modélisations, ainsi que la communication des résultats obtenus restent encore des points critiques.

En effet, la taille et la complexité croissante des données — volume, hétérogénéité, distance — requièrent un renouvellement constant des outils qui doivent faciliter l’accès aux données à l'aide de ressources modulables. Ils doivent aussi en améliorer la perception, en exploitant davantage les capacités humaines (perception visuelle et haptique). Ces besoins, identifiés notamment par le BRGM, ont motivé son initiative « Terre Virtuelle », dont le but est de permettre l'accès à un maximum de données sur les sols et sous-sols, qu'il s'agisse par exemple de simuler l'impact d'un aménagement ou de se déplacer virtuellement dans une formation géologique.

C'est dans ce contexte qu'est né le projet de recherche Geobench definition : visualisation immersive distribuée et interaction haptique appliquées aux données géoscientifiques. En termes d’équipements, ce projet exploratoire est basé sur un calculateur de type grappe de PC (PC reliés en réseau), une plate-forme de réalité virtuelle immersive (plan de travail virtuel également appelé workbench) et des dispositifs haptiques.

Le Château de Saumur, démonstrateur géoscientifique

Modèle détaillé du château de Saumur.
Image : © BRGM

C'est en travaillant sur l'exemple concret du Château de Saumur que le projet Geobench a pu valider l'apport de ces outils de réalité virtuelle dans le domaine des géosciences.

Un préalable à la modélisation géologique : accéder aux données

Tout travail de modélisation géologique s’appuie sur des données — points de mesures, cartes, sondages, profils sismiques, etc. — souvent géo-référencées en 2D ou en 3D. Pour rassembler les données disponibles sur la zone d’étude, le géologue modélisateur réalise d'abord un travail assez fastidieux d’extraction dans des bases de données ou des systèmes d'information géographique document externe au site (SIG), puis de conversions de formats de fichiers ou de systèmes de projection géographique différents. Et ce travail se complique encore plus avec l'inaccessibilité de certaines données.

Développé par l’Open Geospatial Consortium (OGC document externe au site), le concept d’interopérabilité definition des données géospatiales permet de s’affranchir de ces étapes de préparation en permettant un accès direct aux données via des serveurs respectant le protocole OGC. Les fournisseurs conservent alors les données dans leurs propres structures et les mettent à disposition des utilisateurs (les « clients ») sur des services Web. Selon le type de données requis, les clients vont être dirigés vers trois services différents :

  • le Web Map Service (WMS document externe au site) pour les cartes sous la forme d’images
  • le Web Feature Service (WFS document externe au site) pour les éléments géométriques de type point, polyligne ou polygone
  • le Web Coverage Service (WCS document externe au site) pour les grilles, par exemple un modèle numérique de terrain

Ces données sont livrées dans un format normalisé basé sur les langages XML et GML (Geographic Markup Language). À charge de l’utilisateur de les exploiter ensuite dans ses propres outils.

Couplage d'un modèle de terrain avec les bases de données OGC.
Durée : 0 min 57 s

Le protocole OGC est aujourd'hui largement adopté, que ce soit par les éditeurs de systèmes d'information géographique ou par les logiciels de visualisation terrestre 3D comme WordWind de la NASA ou Google Earth. Le BRGM, pour sa part, est depuis plusieurs années promoteur de l’interopérabilité en France : via son portail InfoTerre document externe au site, il met à la disposition de ses clients les données dont il a la charge selon le protocole OGC. On peut même dire que le BRGM, en tant que démonstrateur, a validé l’adéquation de ce type d’accès aux données dans un environnement de réalité virtuelle, une première !

D’un point de vue plus technique, le processus se décompose en plusieurs étapes ayant nécessité des développements spécifiques dans l’outil de visualisation Avizo document externe au site :

  • Définition interactive par l’utilisateur d’une zone d’intérêt sous la forme d’un rectangle
  • Envoi de la requête correspondante au serveur OGC de type WFS
  • Réception des points accompagnés de leurs attributs
  • Projection des points sur la surface topographique lorsque les points ne sont pas cotés en altitude
  • Visualisation puis interrogation des attributs des points

Une première étape : la visualisation du château et de son sous-sol

Visualisation interactive du Château de Saumur et de résultats de sondages.
Durée : 0 min 47 s

Un premier environnement virtuel a donc été réalisé. Il a permis de visualiser les principales données disponibles et la structure géologique du massif supportant le château. Une simple extrusion verticale des emprises au sol a suffi pour obtenir une esquisse du château et des constructions avoisinantes. Les informations sur la nature du sous-sol ont pu être recueillies grâce aux sondages. Ceux-ci ont permis aux géologues de distinguer trois types principaux de formations : des remblais anthropiques, des sables plus ou moins argileux et de la craie, dénommée localement tuffeau.

Ces sondages sont ensuite restitués sous la forme de cylindres coloriés selon la nature de la formation. L’interpolation des points définissant les interfaces entre ces formations permet alors de définir des surfaces. Cette interpolation est basée sur des outils géostatistiques qui permettent de prendre en compte la variabilité spatiale du phénomène.

Zoom sur la zone critique du château

Le premier modèle obtenu s’est vite avéré insuffisant en termes de précision, notamment dans la zone d’arrachement du rempart, au pied de la tour Nord-Ouest. Cette tour a été affectée par l‘incident du 21 avril 2001 et il était crucial de bien comprendre son architecture avant d’entreprendre les travaux de consolidation.

Cet arrachement a par ailleurs révélé des éléments de maçonnerie inconnus jusqu’alors. Un scan 3D laser, à l’intérieur et à l’extérieur du château, a permis de reconstituer la géométrie précise de la tour et de son environnement immédiat. Ce scan fournit dans un premier temps un semis de points (des millions) qu’il s’agit ensuite de transformer en éléments géométriques qui pourront être manipulés individuellement. Le modèle final intègre également les sondages et les surfaces géologiques. Il a par ailleurs été le support d’une modélisation géomécanique.

Modèle détaillé de la tour Nord-Ouest du Château de Saumur.
Durée : 0 min 54 s

Ce modèle a évolué au cours du temps en intégrant les découvertes révélées par les travaux de restauration. Sa visualisation sur la plate-forme de réalité virtuelle du BRGM a contribué aux partages et échanges d'informations entre les différents intervenants du chantier de reconstruction (architectes, entreprises, experts BRGM), leur permettant ainsi de mieux comprendre les imbrications des éléments du château et son interaction avec le sous-sol.

L’introduction de l’haptique dans la modélisation géologique

La modélisation géologique est basée sur l’interpolation de points issus de l’interprétation de l’information fournie dans cette étude par les sondages.

Or, bien souvent, la première interpolation ne donne pas satisfaction et le modélisateur entre alors dans un processus itératif au cours duquel il peut être amené à effectuer un certain nombre d’opérations sur le jeu de points afin de gérer des erreurs ou d'introduire sa connaissance du site. Il peut s'agir de supprimer un point manifestement erroné, de modifier la localisation d’un point pour rectifier une erreur d’interprétation ou de localisation, ou encore d'ajouter des points pour contraindre l’interpolation dans les zones mal reconnues.

Édition interactive d'un modèle géologique 3D en utilisant l'haptique.
Durée : 0 min 41 s

L’introduction de ce travail d’édition dans un environnement de réalité virtuelle facilite énormément ces opérations de placement de points en 3D. Pour compléter cet apport, des interfaces haptiques ont été ajoutées pour mieux contraindre le positionnement des points, par exemple le long d’un axe vertical ou dans un plan.

La connexion de l’interpolateur géostatistique du BRGM via l’intergiciel FlowVR document externe au site, permet ensuite de visualiser immédiatement le résultat de cette édition des données.

L'intergiciel FlowVR.
Durée : 1 min 33 s

Sentir une surface

Utiliser un retour haptique donne la sensation de toucher les faces cachées. Pierre Thierry, géologue au BRGM, en a fait l'expérience lors de sa première utilisation du retour haptique.

Première utilisation du retour haptique par Pierre Thierry, géologue au BRGM.
Durée : 1 min 15 s

Des prolongements avec la réalité augmentée

Il est souvent difficile pour le géoscientifique qui travaille sur le terrain d’accéder aux bases de connaissances disponibles et surtout de les remettre en situation. Dans cet esprit, le BRGM a démarré début 2007 le projet national RAXENV document externe au site (Réalité Augmentée en eXtérieur appliquée aux métiers de l’ENVironnement) soutenu par l'ANR, en partenariat avec le laboratoire Ibisc document externe au site (Université d’Evry, CNRS), l'équipe Iparla document externe au site (Labri, INRIA), la société Archivideo document externe au site et la Lyonnaise des Eaux. L‘objectif de ce projet est de démontrer la faisabilité — technologique et d’adoption par les utilisateurs finaux — d’un système de réalité augmentée document externe au site en extérieur, dans le domaine des sciences et techniques de l’environnement. Le Château de Saumur constitue l'un des démonstrateurs géoscientifiques de ce nouveau projet.