Les Newsletters Interstices
Image par Gerd Altmann de Pixabay, CC0
    Niveau facile
    Niveau 1 : Facile
    Logo Creative Commons

    sous licence Creative Commons

    L’intelligence artificielle au service des maladies mentales

    Intelligence artificielle
    Médecine & Sciences du vivant
    Avec peu d'évolution dans les traitements médicaux et un manque criant de moyens humains, financiers, et thérapeutiques, les maladies mentales demeurent le parent pauvre de la médecine contemporaine. L'intelligence artificielle pourrait apporter des solutions dans l'aide au diagnostic et au suivi de certaines maladies comme la schizophrénie. Nous faisons le point sur la question avec Maxime Amblard dans cet épisode du podcast audio.

    Écoutez l'interview de Maxime Amblard

    Maxime Amblard

    Tandis que la crise sanitaire ne fait qu’accentuer les difficultés dans la prise en charge des troubles psychiatriques, les sciences du numérique ouvrent de nouvelles voies dans le traitement et le suivi de ces pathologies.

    Comme nous l’explique Maxime Amblard, l’intelligence artificielle (IA) peut être utile dans le suivi de certaines maladies mentales comme la schizophrénie, à la fois dans le cadre d’un diagnostic précoce, pour une meilleure détection et prise en charge du patient en amont, mais aussi en aval pour gérer les crises liées à la pathologie. Le chercheur, spécialisé dans le traitement automatique des langues (TAL) — un domaine pluridisciplinaire impliquant la linguistique, l’informatique et l’intelligence artificielle — nous présente, à travers deux projets de recherche dans lesquels il est impliqué, MePheSTO et ODIM, les moyens par lesquels l’IA peut contribuer au suivi des maladies mentales. 

    Newsletter

    Le responsable de ce traitement est Inria, en saisissant votre adresse mail, vous consentez à recevoir chaque mois une sélection d'articles.

    Niveau de lecture

    Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document.

    Si vous souhaitez expliquer votre choix, vous pouvez ajouter un commentaire (Il ne sera pas publié).

    Votre choix a été pris en compte. Merci d'avoir estimé le niveau de ce document !

    Maxime Amblard

    Maître de conférences à l'Université de Lorraine, chercheur en traitement automatique des langues au Loria, dans l'équipe Inria Sémagramme.

    Voir le profil

    Joanna Jongwane

    Rédactrice en chef d'Interstices, Direction de la communication d'Inria
    Voir le profil

    Découvrez le(s) dossier(s) associé(s) à cet article :

    DossierCulture & Société
    Environnement & PlanèteMédecine & Sciences du vivant

    TIPE 2021-2022 : santé prévention