Les Newsletters Interstices
Illustrations et design : Triton Mosquito © Inria - Photo : Gilles Scagnelli
    Niveau facile
    Niveau 1 : Facile

    Famille « Machines & Composants »

    Histoire du numérique
    Architecture & Systèmes
    En informatique, on ne peut pas rester uniquement sur le plan des idées, il est à un moment nécessaire de réaliser le calcul. Et pour cela, il faut des objets capables de le faire. La construction de ces machines nécessite des connaissances non seulement mathématiques, mais aussi très techniques. Cette famille rassemble des scientifiques qui ont participé à la construction des machines à calculer, puis des ordinateurs, jusqu'à aujourd'hui celle des robots.

    Charles Babbage (1791 – 1871)

    Mathématicien britannique du XIXe siècle. Ses idées auraient pu conduire au premier ordinateur, avec un siècle d’avance, mais « à vapeur ». La machine analytique qu’il voulait construire était à programme enregistré, c’est-à-dire qu’on pouvait lui indiquer les instructions à exécuter puis activer la mécanique. Il a en particulier appliqué ses idées sur le métier à tisser de Jacquard. Il a travaillé avec Ada Lovelace, qui fut la visionnaire prédisant l’impact de telles machines.

    Bref, avec Charles Babbage, apparaissent les premières machines utilisant le calcul mécanique !

    John von Neumann (1903 – 1957)

    Mathématicien et physicien américano-hongrois. Ses contributions sont très nombreuses et diverses, des fondements logiques des mathématiques à la création de la théorie des jeux en passant par les automates cellulaires. Au tournant de la Seconde Guerre mondiale, il s’est intéressé à des problèmes plus appliqués. Il est notamment l’un des premiers à faire la différence entre programme et données, par l’introduction d’une architecture système qui porte encore son nom.

    Bref, avec John von Neumann, mémoire, unité de contrôle et processeur : tout le monde trouve sa place !

    À lire sur Interstices : Le modèle d’architecture de von Neumann

    Hedy Lamarr (1914 – 2000)

    Actrice et inventrice autrichienne naturalisée américaine. Elle a partagé sa carrière entre le cinéma hollywoodien et son goût pour la science et les inventions. Elle a notamment déposé un brevet sur les systèmes de radioguidage et de télécommunication, un peu en avance sur son temps… il faut attendre les développements de l’électronique pour que les constructeurs de matériels de transmission utilisent la « technique Lamarr ».

    Bref, avec Hedy Lamarr, arrivent les bases du Wifi et du GPS !

    Seymour Cray (1925 – 1996)

    Ingénieur américain. Il a été à l’origine d’ordinateurs qui sont longtemps restés les plus puissants au monde. Après plusieurs années de développement, le Cray-1 (oui, ses ordinateurs portaient son nom) a été commercialisé. Sa particularité était d’être entièrement optimisé, et non d’utiliser un processeur rapide. Seymour Cray était un grand technicien qui avait un mantra pour résumer son travail : éliminer la chaleur et s’assurer que tous les signaux qui sont censés arriver quelque part au même moment arrivent effectivement au même moment.

    Bref, avec Seymour Cray, arrivent les super calculateurs !

    Gordon Moore (1929 – )

    Chimiste et physicien américain. Il est l’un des cofondateurs de la société Intel où il est devenu l’un des pionniers des technologies de la mémoire informatique, des circuits intégrés et des microprocesseurs. On a retenu la loi qu’il a énoncée en 1965 disant que le nombre de transistors intégrés dans les circuits en silicium doublerait tous les 2 ans, jusqu’à ce que la taille des transistors atteigne l’atome vers 2020.

    Bref, avec Gordon Moore, les processeurs accélèrent !

    Hiroshi Ishiguro (1963 – )

    Mathématicien et ingénieur japonais. Hiroshi Ishiguro ne travaille pas seulement avec des mathématiques et de la logique, mais avec du latex et du silicone. Il s’est imposé en construisant son double robotisé. Son travail de recherche s’est concentré sur la réalisation d’un robot qui mime très précisément les réactions et l’apparence d’un humain. Pour y parvenir, il faut s’intéresser à de nombreux problèmes techniques et opérationnels. L’apparition de ces robots de type humanoïde provoque un véritable questionnement tant sur les conséquences que sur l’intérêt d’en disposer.

    Bref, avec Hiroshi Ishiguro, les robots s’invitent à notre table !

    Newsletter

    Recevez chaque mois une sélection d'articles

    Niveau de lecture

    Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document.

    Si vous souhaitez expliquer votre choix, vous pouvez ajouter un commentaire (Il ne sera pas publié).

    Votre choix a été pris en compte. Merci d'avoir estimé le niveau de ce document !

    Maxime Amblard

    Maître de conférences à l'Université de Lorraine, chercheur en traitement automatique des langues au Loria, dans l'équipe Inria Sémagramme.
    Voir le profil

    Christine Leininger

    Chef de projet médiation scientifique à la direction de la communication d'Inria.

    Voir le profil

    Découvrez le(s) dossier(s) associé(s) à cet article :

    DossierHistoire du numérique

    7 familles de l’informatique

    Ces articles peuvent vous intéresser

    ArticleHistoire du numérique

    Jeu de 7 familles de l’informatique

    Maxime Amblard
    Christine Leininger

    Niveau facile
    Niveau 1 : Facile
    ArticleHistoire du numérique
    Intelligence artificielle

    Famille « Intelligence Artificielle »

    Maxime Amblard
    Christine Leininger

    Niveau facile
    Niveau 1 : Facile