Découvrir

Idée reçue : L’informatique se trouve surtout dans les ordinateurs

Si on entend par « ordinateur » une unité centrale avec un clavier, un écran, une souris, alors là, pas vraiment !

 

Comme j'ai eu le plaisir de le raconter il y a quelque temps : « L’ordinateur qu’on achète au rayon informatique des supermarchés, avec son clavier, son écran, sa souris et sa connexion Internet n’est en fait qu’une machine à information parmi une myriade d’autres. Les téléphones, appareils photo et caméras vidéo, les lecteurs et instruments de musique ainsi que les contrôleurs enfouis dans les avions, les voitures, ou même l’électroménager, sont des ordinateurs habillés autrement. Plus précisément, ce sont des systèmes sur puce, ordinateurs invisibles mais complexes, renfermant chacun des dizaines de fonctions hétérogènes. Les puces et pucerons nous envahissent à très grande échelle et se relient entre eux par toutes sortes de réseaux, dans un mouvement qui ne fait que commencer. »

Les systèmes embarqués.
Vidéo produite par wandida.com - Intervenant : Gérard Berry, édition : El Mahdi El Mhamdi - Creative Commons BY-NC-SA.
 

Les systèmes informatiques embarqués, de plus en plus miniaturisés, envahissent tous les pans de l'industrie, depuis l'avionique jusqu'aux objets de la vie courante. Ainsi, moins de 1 % des processeurs de calcul (les « unités centrales » de nos ordinateurs) vendus chaque année équipent des ordinateurs tels que nous les connaissons, les autres sont enfouis dans les appareils qui nous entourent. La société ARM produit des milliards de processeurs ; il y en a un par téléphone, beaucoup dans les véhicules... De tels processeurs sont également utilisés pour réaliser de petits automatismes, contrôler des moteurs de machines, piloter l'électronique utilisée en télécommunication, tandis que des systèmes médicaux insérés dans notre organisme sont aussi habités par cette informatique enfouie. Un exemple étonnant de ces « pucerons informatiques » sont les étiquettes communicantes qui permettent d'identifier des objets à plus ou moins grande distance et dans un minimum de temps, et surtout de stocker et suivre les données qui y sont liées.

 

Avec la révolution numérique, nous commençons à vivre dans un monde où l'informatique est ambiante, se diluant dans l’environnement. Une telle informatique est ubiquitaire, attentive, interactive et adaptative.

  • Ubiquitaire, c'est-à-dire avec la capacité pour l'utilisateur d'interagir, n'importe où, avec une multitude d'appareils interconnectés, de capteurs, d'activateurs, et autres systèmes électroniques enfouis autour de nous. Tout cela à travers des réseaux adaptés et une architecture informatique très distribuée.
  • Attentive, c'est-à-dire avec la faculté pour le système de « sentir » en permanence la présence et la localisation des objets, des appareils et des personnes pour prendre en compte le contexte d'usage. Toutes sortes de capteurs sont nécessaires à cette fin : caméras, micros, radars, capteurs biométriques, ainsi que la technologie des puces et lecteurs à radio-fréquence pour l'identification.
  • Interactive, de manière naturelle et intuitive. À la différence des interfaces traditionnelles de l'univers informatique, l'interface homme-machine est multimodale. Elle s'articule autour de la reconnaissance vocale ou gestuelle ou encore de la manipulation d'objets réels, voire de mesures des signaux physiologiques (par exemple les mouvements des yeux ou l'activité cérébrale).
  • Adaptative, avec la faculté d'analyser le contexte et d'être dotée d'adaptation dynamique à ces changements. De tels systèmes ajustent leur paramètres en se basant sur les comportements des utilisateurs, afin de leur répondre au mieux. Cela implique des mécanismes algorithmiques de mémorisation des états passés et d'apprentissage à partir de cette expérience accumulée.

La fiabilité est l'enjeu majeur de ces pucerons et de leurs logiciels. C'est pourquoi des technologies spécifiques de programmation et de vérification de ces systèmes ont été mises au point. Elles s'utilisent à travers des langages informatiques très formalisés, qui permettent de modéliser le fonctionnement de systèmes réactifs, parallèles, et de traiter rigoureusement les événements temporels et les messages échangés entre les différents pucerons. L'informatique ambiante ne pourra qu'être sûre.

 

Niveau de lecture

Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document.

Il vous semble :

Si vous souhaitez expliquer votre choix, vous pouvez ajouter un commentaire (qui ne sera pas publié).